Montréal: Ascendance

Sans Foi ni loi: Prologues
Où se dévoile le théâtre de nos futures aventures
La nuit du 16 novembre 2001…

Armand Brodeur est en ville en train de secouer quelques contacts pour du sang et des
dollars. Il s’engage dans un coin de rue et, lorsque sa dernière proie est hors de vue, un
bruit d’arme prête à faire feu se fait entendre, et une voix l’adresse :

Ne bouge pas. Tu n’es pas assez fort pour moi, et à cette distance, je ne peux pas te
manquer.
Sans perdre de temps, Armand demande à son interlocuteur, apparu de nulle part, ce qu’il
veut. La réponse ne se fait pas tarder :

Tu as un frère de Sang, il s’appelle Elvis. Il vient d’ailleurs. Un bon jour, il va avoir
des amis qui vont arriver de loin pour le voir. Quand ces chiens galleux vont se pointer
le nez, tu vas mettre une croix en craie rouge sur la porte de son garage. Sinon…

Le bruit d’un marteau de revolver se fait entendre, et Armand décide de tenter sa chance. Il croit pouvoir intimider son interlocuteur à hésiter, mais dans l’échange, les deux échouent à impressionner leur cible. Armand découvre donc, à une quinzaine de verges devant lui, un impressionnant homme le tenant en joue habillé d’un duster de cuir, d’un chapeau à large rebord fait du même cuir, des jeans et de grosse bottes de moto. Sans même la présence d’une Bête, son assaillant a un visage tordu, avec les extrémités de ses traits horriblement tirés vers le haut. « Sûrement un Nosferatu », il se dit.

« Bad move », réplique l’hideux avant de faire feu avec un énorme revolver antique. Pris au dépourvu, Armand reçoit la balle en plein visage, arrachant une partie de son visage et de sa tête. Complètement ébranlé, son attaquant le rejoint, le soulève et le planque au mur en rajoutant une dernière insulte avant de quitter :

J’ai jamais eu besoin de plus de six balles pour régler le cas d’une racaille comme toi. Avale ta médecine comme un homme et ferme-là. Ça te profitera.

Armand ne se laisse pas abattre pour autant. Dérouté, il arrive de peine à rejoindre Elvis pour le mettre au courant de la présence de cet étranger dans la ville. Pourquoi cibler Elvis? Qui sont ces « chiens galeux »? Et pourquoi une croix de craie rouge?


Michel Tétreault suit les indications de sa Sire pour la rejoindre dans un salon huppé du Vieux Montréal. Populaire et connu, on l’escorte dans une salle luxueuse où se retrouve Mylèna et son Childe Tracks.
La sénatrice ne perd pas de temps. Elle attaque son Childe ainé de questions : Tracks est suivi de près, est-ce ta faute? Sais-tu qui est responsable? Pourquoi t’acharnes-tu à agiter la politique du Sénat? Ne peux-tu pas retenir tes amis?

Michel se défend tant bien que mal en affirmant ne suivre que les demandes des Sénateurs, dont elle fait parti, et sous-entend qu’elle devrait exercer un plus grand contrôle si elle veut les résultats qu’elle demande. Il offre également de mettre ses amis à profit pour aider Tracks, comme faveur personnelle.

Suivant ceci, Mychoo partage qu’elle ne favorise pas les activités financières de Michel. Elle le sait destiné pour la haute société et de grandes choses, comme est l’héritage de tout Daeva. Elle l’encourage donc fortement à investir dans ses activités pour se démarquer, car son statut actuel lui semble peu enviable.

Michel n’hésite pas à dire que son ambition est de supplanter Sebastian Riley comme Gardien d’Élysée, croyant qu’il n’est pas le devoir d’un Mekhet de servir la ville ainsi. Pour ce faire, il cultive ses activités pour créer du capital de sympathie, et ceci prend du temps, surtout si le Sénat s’acharne à lui déléguer des tâches.

Toujours habile avec ses mots, il quitte sa Sire et son frère de sang avec une dernière pince : si les Daeva sont destinés à de grandes choses, peut-être qu’il serait temps pour certain d’entre eux de cesser de perdre leur temps à chouchouter des chiens battus…


Raoul est dans ses études lorsque sa Goule, Bernard, l’avise qu’une femme l’attend dans son presbytère. Ennuyé qu’une femme le dérange, il se ravise lorsqu’il réalise qu’il s’agit de sa Sénatrice, Black Magdalene.

Celle-ci ne perd pas de temps et présente des photos de l’altercation qui a eu lieu avec les assaillants connectés à Jeffrey Gariépy. Elle sait, de par leur rapport, qu’il s’agissait d’eux qui ont attaqués au lieu de se sauver. Que Raoul soit resté en retrait n’a aucune incidence pour elle : elle affirme qu’il avait une responsabilité de minimiser les impacts d’une telle altercation sur la Mascarade.

Black Magdalene a été capable d’empêcher que ces documents, tiré de caméras de sécurité autour du Sanctuaire, se retrouvent dans les mains du Constable ou de mortels. Elle avoue que le Clan Nosferatu a trop à perdre actuellement avec l’absence prolongée de leur Aîné : elle admet aussi à Raoul qu’elle n’aime pas qu’il aille prit un côté si religieux tandis que le Seigneur était sur le point de revenir, mais qu’elle ne peut rien y faire.

Black Magdalene annonce donc que ce service est gratuit, car son Clan a plus à perdre qu’à gagner en ébranlant la Mascarade pour discipliner deux fiers-à-bras Gangrels. Elle insiste toutefois que Raoul se porte garant d’eux, car elle n’a pas l’intention de les protéger continuellement ainsi.

Face à un Raoul conciliant, elle avertit que Jeffrey Gariépy est recherché par la police, mais manquant. Il est reporté comme personne disparue, mais elle affirme avoir fait stopper les investigations de la police, identifiant son cas comme « basse priorité ».

Suivant le départ de Black Magdalene, Raoul reçoit une missive écrite de la main de Jeannine Durocher, qui lui est apportée par sa Goule. Celle-ci fait mention de remerciements pour la discrétion dont a fait preuve Raoul face aux événements de Laval, ainsi qu’une offre de compensation monétaire, de faveurs ou d’information pour lui et ses collègues en retour pour leur précieuse aide face à Terrence et Evangeline.

View
Les étrangers d'outre-tombe, session #3
Au pire de l'attaque, des réponses se font sentir...

Les nuées d’animaux envahissent le manoir, et les vampires se retrouvent piégés au deuxième étage. Ils ont le temps de fortifier leur position du mieux qu’ils peuvent lorsque les animaux se ruent sur eux. Il devient très rapidement évident que les animaux ciblent Jeannine, et c’est à coups de griffes, machette et armes à feu qu’ils parviennent à protéger la Régente.

Suivant un calme, les vampires, blessés et assoiffés de sang, battent en retraite au premier étage, et cherchent rapidement à quitter les lieux. Armand se rue sur le fusil de chasse automatique laissé par un gardé déchiqueté par l’invasion quand des grognements canins se font entendre. Pris sur les lieux, trois affreux chiens clairement possédés attaquent. Raoul et Chet prendront le gros de l’attaque, et Michel évitera agilement les attaques tout en couvrant la retraite de ses amis.

Toutefois, les pneus de leurs voitures ont été lacérés, et ils doivent s’en remettre à voler un SUV. Toutefois, aucun d’entre eux étant en mesure de court-circuiter le démarreur, ils doivent aller retrouver les clés d’un des gardes encore à l’intérieur. Le sang se refroidit, mais est encore suffisant pour leur donner un peu de forces lorsqu’un bruit de battue se fait entendre dans le lobby du manoir.

Chet est le premier à apercevoir un vampire inconnu. Faisant preuve de sang-froid, les deux arrivants ravalent l’envie de se déchiqueter, et le nouveau-venu, accompagné d’une goule, prend parole. Il exige que la Coterie quitte, laissant derrière elle la Régente, et il oubliera leur présence. Il affirme aussi être au service de la vampiresse, et que l’attaque auquel ils viennent de survivre était sa création.

Michel arrive à tirer un nom, Terrence, du Gangrel griffé devant eux, mais avant que le débat puisse continuer, la Goule, furieuse, se rue vers le Daeva. Lors de l’altercation qui s’en suit, la goule est grièvement blessée en tentant de se déprendre de l’empoigne de Chet, et Raoul, de main de maître, achève les menaces d’un Terrence déjà blessé par Armand et Michel avec un couteau sauvagement planté sous la mâchoire jusqu’au crâne.

Jeannine, armé d’un autre fusil de chasse, exige alors de Chet une exécution sommaire. Sans hésiter, mais avec remords, Chet obéit, à la grande surprise de la Régente. Suivant un accord rapide et une reconnaissance d’une importante dette envers eux, Jeannine les laisse emporter la goule captive dans l’un de ses véhicules, juste à temps pour que Michel reçoive un message texte de Sebastian Riley les avisant de leur temps de rencontre auprès du Sénat. La menace les hantera, toutefois, sous la forme d’une voix énigmatique au travers de la statique de la radio du camion, et des apparitions étranges du coin de l’œil dans les rétroviseurs jusqu’à leur arrivée de l’autre côté du pont Pie-IX.

Les vampires se changent et vont au Walkyrie’s de Sebastian Riley, mais avec une goule sauvage et ensanglantée, il pourrait être difficile d’entrer et d’accéder à l’étage Kindred-only. D’un coup de brillance, Michel prend le micro et agite la foule, ce qui aura pour effet de mousser les ventes d’alcool du bar et donner une couverture parfaite pour que ses amis accède à leur rencontre.

Une fois devant le Sénat, la présentation des événements récents rend l’audience perplexe. Un questionnement habile de la Coterie invite Mychoo à prolonger l’audience, forçant ainsi ses adversaires politiques à se prononcer. Mastif prendra parole révélant que la vampiresse s’appelle réellement Évangeline, et qu’elle fût mise en échec lors de longues années par McIntyre et Grant MacDonald. Outré, Félicien Hurtubise accuse Mastif d’alarmer la ville avec des légendes, et qu’Évangeline n’est qu’un mythe de mauvais goût qui n’a jamais été corroboré par quiconque.

Ultimement, la soirée se solde avec des félicitations envers Chet pour son service loyal, et la goule captive de Terrence est ainsi laissée sur place, maintenant la propriété exclusive des Sénateurs de Montréal qui auront tôt fait d’extirper toute information utile de celle-ci.


Très satisfait, les mecs. L’ajout de la scène devant le Sénat m’enjouit, et j’ai aimé pouvoir vous donner quelques réponses et voir la dynamique des Sénateurs.
Gros bravo à Hugo qui a été “sneaky” à souhait, et qui sait planter un couteau quand ça compte! (ouch…)

Je ne me souviens pas si je vous ai donné les XPs pour la partie, mais je vérifierai en temps et lieu.
Prochain chapitre: Montréal, Ville Ouverte… ou pas?

View
Les étrangers d'outre-tombe, session #2
Où l'on obtient plus de questions que de réponses...

Hésitant, nos vampires suivent Adrien O’Mallery pour régler leur problème immédiat. Toutefois, est-ce que O’Mallery peut être certain que Chet et Raoul sont bel et bien victimes d’hantise? Raoul tente d’en obtenir la certitude avec l’aide de l’Évêque Ganova, en vain; Raoul est incapable de faire rejoindre celui-ci, et Chet souhaite en être débarrassé rapidement. Par ailleurs, Armand en profite pour faire identifier le dernier numéro composé de chez la Régente : un certain Jeffrey Gariépy vivant à Ahuntsic, connu des autorités.

Le pacte est simple : Adrien connait quelqu’un qui pourra sûrement les aider. En retour, ils doivent obéir ses commandements à la lettre pour la durée, et leur donner une gorgée de sang chacun. Michel, méfiant, choisit de rester au domicile de Westmount de O’Mallery, sous garde, en attendant le retour de ses amis. Suivant cela, O’Mallery partagera alors ce qu’il connait de la Rôdeuse, et peut-être comment la retrouver.

Les vampires se dirigent au 3940 Côte-des-Neiges, et entrent l’édifice ancien; Adrien donne accès à un niveau souterrain sécurisé, et avise la Coterie de suivre ses instructions à la lettre. Il ouvre un caisson et retire le pieu du cœur d’un vampire qui se révèle être Eugène, l’ancien Archévêque du Lancea Sanctum, manquant depuis les années 30. Ce dernier est forcé par Adrien de performer un rituel pour libérer les vampires de l’hantise; si ce n’était de la force d’âme de Chet et Raoul, le rituel aurait bien pu échouer.

Dans Westmount, Michel fait du charme aux employés de O’Mallery. Il apprend que celui-ci n’habite pas les lieux, et que ces employés sont des professionnels de la sécurité fortement payés, travaillant quelques fois l’année pour Adrien au besoin. Pour les remercier, Michel leur donne un cadeau de taille : des billets VIP pour le Ladies’ Night de jeudi prochain à son bar.

Sur Côte-des-Neiges, Adrien convainc les vampires qu’il est crucial qu’Eugène demeure en torpeur jusqu’à ce qu’il soit réhabilité; une libération trop rapide des vampires sur lesquels McIntyre se nourrissait pourrait plonger la ville en guerre civile, et Adrien ne laissera pas ceci se passer. Comme il connait Eugène depuis beaucoup plus longtemps, il promet à la Coterie, invitée à quitter et à l’attendre à l’extérieur, qu’il aidera l’Archévêque du mieux qu’il puisse.

Raoul, Armand et Chet récapitulent lorsqu’un crissement de pneus attire leur attention juste à temps pour noter les deux mitraillettes dépassant des fenêtres. Alertés, Raoul disparait habilement, Armand se planque contre le sol, et Chet court avec bravoure. Les balles fusent de partout, mais Chet parvient quand même à s’agripper avec force au toit du véhicule. Entre les coups de poings vigoureux de Chet, une balle bien placée d’Armand, et la stupidité du passager tirant sa mitraillette à l’intérieur, le véhicule vient rapidement terminer sa course en emboutissant un canon antiaérien adornant le parterre d’un fort militaire à l’entrée du parc Mont-Royal. L’impact a tôt fait de tuer deux des trois assaillants, et le dernier, en condition critique, gémit le prénom de Jeffrey avant de paniquer et perdre connaissance. Les vampires prennent la poudre d’escampette, mais pas avant d’avoir prit tous les papiers de leurs assaillants.

Ensuite, les collègues récapitulent dans un bar huppé sur Crescent. Qui a appelé ce Jeffrey? Est-ce vraiment Jeannine? Pourquoi les attaquer avec des armes à feu? Était-ce destiné envers eux, ou Adrien O’Mallery? Chet, soucieux de son apparence et de sa soif, a aussi besoin de sang pour maintenir sa forme, ce que Michel a tôt fait de régler pour lui avec un mot bien placé et son arme secrète, un billet VIP pour le Ladies’ Night de jeudi prochain à son bar.

Le dernier arrêt de la nuit sera chez Jeffrey Gariépy. Le jeune homme se fait réveiller abruptement par la botte de Chet au travers de la porte barrée, et n’a le temps que de tirer un seul coup de feu maladroit en direction d’Armand avant que Chet ne l’empoigne solidement. Un coup de pied aux couilles bien placé par Michel calme les ardeurs de Jeffrey, et un solide empoignement couplé aux charmes vampiriques de Michel ont tôt fait de forcer Jeffrey à révéler tout ce qu’il sait, ce qui est bien peu. On l’a contacté pour obtenir des gens pour suivre trois personnes sortant du manoir à Laval, sur le poids de dettes et de faveurs dans son réseau illicite. Il n’en faut pas plus pour qu’Armand force le petit criminel à révéler la localisation de son butin, et il s’en retrouve plus riche de quelques centaines de dollars et de stupéfiants bien emballés.

La nuit suivante, la Coterie décide de pétitionner pour une audience auprès du Sénat. Michel fait passer le mot au travers Sebastian Riley, mais le silence apparent les invite à croire que ceci prendra du temps. Ils décident donc de se nourrir, et d’aller partager leurs découvertes avec Jeannine Durocher. Après tout, ceci a débuté avec elle, et un paiement est dû…

Le personnel du manoir est manquant pour la soirée, et deux gardes surveillent la porte, en plus d’un patrouilleur sur le périmètre avec un fusil automatique. Jeannine accueille personnellement les vampires, expliquant qu’avec les perturbations récentes, elle préfère ne pas exposer son personnel à des risques inutiles. Armand amorce la conversation avec les faits entourant leur séjour au manoir et la découverte du numéro de Jeffrey Gariépy, une révélation que Jeannine a tôt fait de dénier et de prendre comme accusation personnelle. Michel sauve les meubles en invitant la Régente à travailler avec eux pour tenter de connaitre l’origine du complot maladroit.

Une pluie s’abat et s’intensifie à l’extérieur alors que les vampires remarquent les arbres tanguer subitement. Quelques oiseaux se frappent contre les fenêtres. Une question se pose lorsqu’un coup de feu se fait entendre à l’extérieur, et d’autres oiseaux se fracassent, menant à une accumulation de sang et de plumes contre les vitres qui commencent à céder.

Reculant de façon sécuritaire devant ce barrage, les fenêtres au niveau du sol volent en éclat lorsque des nués d’animaux, sauvages et domestiqués entraînent avec elles les gardes complètement surclassés. Devant la horde ensanglantée de chiens, renards, chats, oiseaux et même un cheval effarouché, Michel, Chet, Armand, Raoul et Jeannine battent en retraite et montent rapidement à l’étage avant d’être submergés, là où ils espèrent pouvoir planifier leur prochain geste…


Très satisfait de cette partie. Très impressionné par vos déductions, théories, et de la façon que vous discutez pour tenter de connecter les divers points. Je vous que vous allez être de taille à relever des défis, et vous flairez bien les conspirations. Très heureux de vos personnifications aussi. Je me sens mal pour FX, qui n’a pas eu beaucoup de temps d’antenne, mais il brillera un plus la prochaine partie, quand il sera temps de parler, connecter, et négocier.

XP: +3 pour Alex, FX et Hugo (présence, jeu, learning curve)
+5 pour Julien: idem, +1 hôte de la soirée, +1 héroïsme qui développer l’histoire.

View
Les Étrangers d'Outre-Tombe, session #1
Où l'on explore les contrées de Laval

Chet est invité par « B.M. », très certainement Black Magdalene, à une adresse sur la rue Ontario du Centre-Sud, un « greasy spoon » sans aucune clientèle, avec ses amis. Le cuistot exige de voir l’invitation qui leur a été envoyée. Une fois ceci fait, Armand prend sans cérémonie un peu d’argent du tiroir-caisse avant de s’éclipser avec ses collègues dans le sous-sol, tel qu’indiqué.

Le groupe apprend de Vito Iadinardi et Black Magdalene que Jeannine Durocher, la Régente de Laval, a exigé les services de Chet et ses amis pour enquêter à Laval. Jeannine les reçoit donc au manoir Bleury-Le-Bouthillier, à Ste-Rose, pour discuter plus longuement.

Les vampires découvrent, en attendant la Régente, les pièces immaculées du manoir. Ils inspectent la bibliothèque, ésotériquement arrangée, et une salle de réunion peu utilisée qui agace les vampires. La Régente se présente alors, et démontre un intérêt courtois envers Chet, mais plus attentionné à l’égard de Michel. Elle explique que ses sujets ont aperçu une Kindred étrangère à ce domaine qui rôdait depuis plusieurs semaines. Tous les Kindred qui l’ont aperçu ont perdu leur sang-froid; il s’agirait donc d’une puissante vampire inconnue. Elle leur demande de la retrouver et de la forcer à se présenter devant les autorités.

Avec une courte liste d’endroit, Armand recommande d’investiguer le dernier endroit où elle fût aperçue : une aile abandonnée de l’Institution Leclerc, dans St-Vincent-de-Paul. Il devient évident que l’endroit a été squatté longuement, et que l’édifice a été abandonné suite à des facteurs environnementaux et architecturaux. Parmi les découvertes des Kindred, les graffitis « Dead Enough for Life » (un cri de ralliement d’une Coterie révolutionnaire des années Grunge), « Beware the Lizard Whore » (un avertissement contre les disciples du Circle of the Crone), et des trous de slug calibre 12 dans une cuisine, évidemment le signe d’une purgation il y a bien des années. À l’étage, une cellule a des restes d’un feu ayant eu lieu sans accélérant et sans combustible, menant Armand à croire à un Kindred ayant été enfermé sur place pour attendre le soleil…

L’enquête tirant à sa fin, les Kindred décident de rechercher le sous-sol. Dans un édifice sans électricité en pleine nuit, ils doivent tâtonner avec pour seule lumière deux torches à pile qu’Armand a avec lui. Les buanderies, entreposages et placard les mènent à ouvrir une porte et découvrir un squelette qui s’effondre dès lors. Les restants de désagrégeant en poussières, les collègues remarquent clairement un croc sur ce qui reste du crâne.

Au même moment, plus loin, Raoul est saisi par une femme d’une force herculéenne qui se met à se nourrir de lui! Devant sa disparition, ses amis s’efforcent de le retracer. Incapable de lui faire lâcher prise, Raoul est épargné lorsque ses amis se pointent de l’autre côté du corridor.

La vampire cesse de se nourrir sur Raoul, mort dans sa main et fait signe aux autres de ne pas avancer; elle renforce son désir en soulevant Raoul à bout de bras avec un seul bras, par sa mâchoire. Chet réplique en montrant ses griffes et en menaçant l’étrangère, ce qui la fait reculer. Finalement, elle trouve les mots pour les adresser :

Vous m’avez trouvés seulement car je l’ai permis, jeunots. Le meurtrier revient, et j’ai attendu si longtemps… Si longtemps… Et vous allez être mes témoins! Dites-leur qu’il ne se sauvera plus dans le sommeil; dites-lui qu’il ne pourra plus se cacher derrière votre Père Gangrel; et aux autres, dites-leur que leur ville ne me tiendra plus à l’écart! J’ai trouvé sa faille… Et vous allez y goûter en premier!!

Suivant ses mots, avec un geste flamboyant elle plante ses ongles dans la plaie ouverte de sa main. Dès que ceci est fait, toutes les vitres et miroirs explosent avec une cacophonie stridente; dans ce bruit, une chorale d’hurlements se fait entendre. Une poursuite s’engage, mais la vampire se prouve beaucoup trop rapide pour les Néonates.

À leur arrivée à l’étage, une horde de manifestations fantomatiques apparaissent et forment une nuée autour des personnages. Devant ce spectacle, nos vampires s’efforcent de sortir de l’édifice le plus rapidement possible. Des portes battent, des apparitions terrifiantes se manifestent, et des phénomènes de hantise ont lieu pendant les interminables secondes qu’il faut pour que la Coterie se sauve.

Frustré de leur échec à appréhender l’étrangère, il est compris que la Régente doit être mise au courant de ce développement.

Jeannine Durocher est sur le point de quitter son manoir quand la Coterie revient, à sa grande surprise et satisfaction. Lors ceux-ci relatent les événements, elle s’avoue désemparée; toutefois, le récit des apparitions fantomatiques la perturbent visiblement. S’excusant pour faire un appel, elle revient une demi-heure plus tard, exigeant que la Coterie passe la nuit sur place afin d’être disponible à la première heure le lendemain pour analyser la situation. Réticent, les vampires acceptent lorsqu’ils ont l’assurance que la totalité du manoir et de son équipe est à leur disposition. Armand fait l’effort de dire à son mystérieux Sire où il est pour la nuit.

Les servants se prouvent très, très dévoués. Ils s’accaparent l’attention des vampires, leur fournisse tout ce qu’ils désirent, et leur porte une révérence presque royale. Au lendemain, toutefois, il n’en est rien.

Armand, Raoul et Michel trouvent un instant pour inspecter la salle de réunion secrète de Jeannine; des dossiers d’acquisitions, de mortels, et une carte géopolitique de la région sont sur place. Armand note également le dernier numéro de téléphone qui a été composé la veille avant de rejoindre le salon où Jeannine arrive finalement avec ses collègues : Félicien Hurtubise, Adrien O’Mallery, Diane Rothschild et Sebastian Riley, les plus prestigieux Mekhet de la région.

Il est rapidement déterminé par Diane que Chet et Raoul ont encore un fantôme qui s’est attaché à eux suivant l’altercation. Également, le meurtrier dont il est question fait probablement référence à McIntyre, alors que le « Père Gangrel » doit être Grant MacDonald, le plus vieux du Clan dans la région. Les Mekhet ont des dossiers extensifs sur ce genre de manifestation, mais ceci demeure un secret du Clan. Armand fait preuve d’avarice, et avec un ultimatum, ordonne plus de collaboration de leur part. Michel a tôt fait de remarquer la bévue; toutefois, Hurtubise le coupe et rappelle Armand n’a aucune autorité dans le domaine, que son Sire demeure inconnu, et qu’il vit dans le Domaine car le Sénat l’a bien voulu, chose qui pourrait clairement être revisité si Félicien décide de ramener le sujet. Fatigué d’agir en « grand-père paternaliste », et voyant clairement que les Kindred ne sont pas disposés à simplement exterminer cette étrangère, il quitte.

Diane Rothschild dit à Raoul et Chet qu’il lui serait possible de retirer cet attachement spectral qu’ils traînent; autrement, peut-être qu’un exorcisme pourrait aussi fonctionner, si Raoul s’y connait. Suivant cela, elle connait des gens qui voudrait les mettre en garde contre une action trop drastique à ce moment. Adrien O’Mallery, opposé aux politiques du Seigneur McIntyre qui aurait causé de telles menaces revenant aujourd’hui les hanter, propose d’utiliser ce rattachement pour passer à l’action. Il connait quelqu’un qui aurait des moyens de retracer celle qui a infligée ceci sur eux. Souhaitant obtenir réparation et chasser l’intrus, ils décident de suivre les recommandations d’Adrien O’Mallery… pour l’instant.

(XP +3)


Commentaires du match****

J’aime la voix que vous vous êtes trouvés, et les inside-jokes sont délectables! “Je vais prendre mes couteaux…” J’admets que la première partie de cette histoire vous a mis face-à-face avec du gros canon, mais c’est pour vous exposer au thème et à la multitude de perspectives à prendre en ville. La prochaine session aura probablement moins de détails à explorer et plus d’action, dépendant de vos choix.

Je tiens à rappeler que les détails que j’injecte reviendront; il est important de prendre des notes, car à tout moment vous pourriez avoir la chance d’en apprendre plus si vous posez la question à la bonne personne (ou que vous avez le bon jet).

Si vous avez des suggestions, des quote/unquote, et des recommandations, sentez-vous à l’aise, le site est là pour ça!

View
Intro: Le réveil (et jugement) de Tracks
Où la Coterie se rend compte que tout n'est pas si simple...

Raoul Sansregret se réveille ce soir-là pour entendre plusieurs messages sur son téléphone: les plus jeunes Kindred de la ville qui le connaissent le somme de se présenter au Walkiries’, l’Élysée personnel de Sebastian Riley, où Tracks, plus jeune Childe de Mylèena Choovanski et prétendu assassin du Seigneur McIntyre, sera jugé en séance ouverte devant le Sénat.

Rapidement, Armand Brodeur, ancien policier de son état, est sélectionné pour interroger de façon impartiale l’accusé et pour prononcer son point de vue. Il est évident qu’aucun Sénateur n’est en position de le faire; Mychoo est sa Sire, Félicien Hurtubise s’en fiche et se moque de cette dernière à la place, Mastif désire une exécution sommaire, et alors que Black Magdalene veut voir Tracks parler à tout prix, Vito Iadinardi veut un processus juste.

Michel, toutefois, voit très clairement que sa présence à l’interrogatoire pourrait porter trouble, étant de frère de sang de Tracks. Il décide donc d’aller, dans l’heure qui lui est allouée, trouver et parler à des jeunes qui connaissent mieux Tracks au jour le jour.

Lors de l’interrogatoire, Tracks affirme clairement qu’il croit avoir été manipulé par un mortel qui serait peut-être plus “doué” que normal. Il a des oublis, avait l’impression d’être sous un contrôle surnaturel, et n’a pas s’empêcher de se joindre au Nosferatu étranger, Malachi, pour le mener à la salle du trône pour qu’il achève le Seigneur. Il dit que ce mortel, aux cheveux châtains, de corpulence normale et apparemment de bonne éducation, le rencontrait régulièrement avec des directives impossibles à résister, et que Mastif l’aurait peut-être vu avec à quelques reprises. Tracks affirme aussi devoir une dette envers Jeannine Durocher, la régente de Laval, pour une brèche de la Mascarade qu’elle a réglé en son territoire.

Michel est capable de confirmer avec ses collègues que Tracks semblait distrait avec ses connaissances mortelles; il était nerveux et semblait se surveiller plus qu’à l’habitude.

Finalement, en fin d’interrogatoire, Armand interroge Mastif avec hésitation. Mastif, stoïque comme toujours, affirme catégoriquement n’avoir jamais vu ce mortel que Tracks décrit. Diane Rothschild met Chet en garde contre les machinations de la cour, et Raoul et Black Magdalene ont également un bref échange qui ne mènera nulle part en ce qui a trait à l’investigation.

Suivant la présentation des faits recueillis par Armand Brodeur, le Sénat débat, et décide d’octroyer un surcis de peine à Tracks jusqu’à ce que Malachi, le Nosferatu présumément engagé par Rosarien pour assassiner McIntyre, se réveille. La séance est ajournée, mais pas sans que Michel remarque Jeannine Durocher chuchoter quelque chose à un de ses assistants suivant la description de l’énigmatique mortel…

(XP: 2 chaque)

View
L'histoire à ce jour...
Où les faits se terminent et les rumeurs commencent...

Il y avait un peu moins de 50 ans que John Montgomery McIntyre, Aîné Ventrue et Seigneur de Montréal depuis la moitié du 19ème siècle, était entré dans un sommeil volontaire. La faim qui le tenaillait menaçait de pousser un vampire d’un tel âge à des actes irréparables, et en son remplacement, un Sénat de cinq Kindred de chaque Clan a été mis sur pied pour administrer les affaires de la ville.

Chaque Clan a pu choisir un représentant allant des plus jeunes aux plus vieux, afin de contribuer à la stabilité du Domaine, et ainsi faisant, assurant qu’aucun Clan n’aurait un avantage pour usurper le trône.

Adrien O’Mallery, un Kindred de descendance Mekhet appartenant à l’obscure Lignée des Mnemosynes, fût chargé, avec la protectrice Khaibit Diane Rothschild, de préserver le secret du lieu de repos de McIntyre. Mais à la veille de sa réanimation, une tentative d’assassinat avortée remplaça ce qui aurait dû être un couronnement nouveau.

Grâce aux bonnes oeuvres d’une Coterie locale, joignant leurs forces au Constable, au Gardien de l’Élysée et de la Protectrice, deux vampires cherchant à achever la dépouille du torpide McIntyre, déjà sévèrement blessé, ont été stoppés et battus jusque dans les bras de la Torpeur. Mais le mystère de cette machination demeurait intact, et le Seigneur fut caché à nouveau en espérant qu’il puisse se remettre d’un égorgement sauvage dans son sommeil.

Personne ne sait exactement ce qui s’est déroulé dans les nuits qui ont suivies. Les rumeurs disaient que Grant MacDonald et son Childe, Mastif, se sont retournés l’un contre l’autre. Un ordre secret veillant sur la sécurité du Domaine, l’Oeil, vit ses membres se diviser. Et une rumeur terrifiante courre aujourd’hui: dans un Sanctuaire secret, McIntyre aurait retenu prisonnier des Kindred pour se nourrir directement d’eux. Le Seigneur tout-puissant de Montréal, dont la Praxis s’étend des Frontières jusqu’à St-Sauveur, accro au sang des vampires?

Les rumeurs ont polarisés les Kindred de la ville. D’un côté, les Insurrectionnistes, avec Rosarien et Adrien O’Mallery à leur tête, croient qu’un tel affront est insoutenable et exigent l’abdication ou même la mort du Seigneur pour un crime de cette ampleur. De l’autre côté, les Loyalistes, dont font notamment parti Diane Rothschild et Grant MacDonald, soutiennent que le risque associé à un tel changement de régime serait catastrophique pour la sécurité des Kindred de Montréal. Et entre ces deux camps, des dizaines de Kindred, jeunes et vieux, indécis, incertains, et craintifs des conséquences associées à un tel dilemme.

Devant cet émoi, quelques questions se font répéter dans les couloirs des Élysées et dans les rues du Rack: où sont les preuves? Qui mettra de l’avant son plan? Quelles sont les autres motivations derrière de telles positions? Et surtout, où repose le Seigneur désormais…?

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.